Retour au sommaire 

MONTAGE

LIGNES "SERIE" OU "PARALLELE" ?

L'enrichissement des tâches, cher au modèle suédois, n'a pas résisté longtemps aux impératifs de productivité de l'industrie automobile.

L'usine de RENAULT S.A. de Cléon, par exemple, compte plusieurs strates technologiques :

  • les années 60 ont vu la multiplication des convoyeurs aériens,
  • les années 1980 ont laissé une grande place à la souplesse relative des chariots filoguidés d'inspiration suédoise pour le montage final,
  • les années 1990 ont été celles du retour vers la ligne de montage en chaîne sur convoyeurs au sol.

L'abandon du modèle suédois s'est peut-être réalisé trop vite comme le montre l'exemple suivant tiré de l'industrie électronique.

Une usine, membre d'une multinationale de vente de matériels informatiques, désire faire face à la croissance de son segment de marché en micro-informatique.

Elle décide d'investir rapidement dans de nouvelles unités de montage plus performantes et plus souples que celles dont elle dispose.

Elle a le choix entre deux technologies de montage qu'elle maîtrise :

  • la ligne "série" (chaîne) sur laquelle les opérateurs effectuent quelques opérations de montage sur chaque PC avant de le déplacer vers le poste suivant,
  • la ligne "parallèle" (ilôt) sur laquelle l'opérateur effectue la totalité des opérations de montage de chaque PC pour lequel il dispose d'un kit de montage approprié.

C'est la ligne "série" qui a la faveur de l'encadrement de production à cause des avantages suivants :

  • apprentissage réduit, les intérimaires sont opérationnels plus vite,
  • cadence de production voisine de 70 PC/heure,
  • pas de magasin de pièces, celles-ci sont au pied de la ligne.

Toutefois elle présente des inconvénients :

  • elle n'est pas souple, les PC sont lancés par lots, il n'est pas possible de monter les PC sur commande,
  • les bords de la ligne ne permettent pas de recevoir tous les types de pièces pour toutes les variantes de PC,
  • l'équilibrage des postes est difficile à maîtriser du fait de la diversité des PC.La ligne "parallèle" a la faveur de la gestion : elle permet de travailler sur commande, donc sans stock et même si la ligne en apparence ne permet de monter que 43 PC à l'heure, la réduction des stocks et la suppression de manipulations pour la personnalisation finale compensent largement la faible cadence de la ligne.

SCHEMA DE PRINCIPE DES LIGNES "SERIE" & "PARALLELE"

Ce schéma appelle les remarques suivantes :

  • la surface occupée par la ligne "parallèle" est plus importante que celle nécessaire à la ligne "série", du fait de la zone de "kitting" perpendiculaire à la ligne "parallèle",
  • l'importance des zones de test par rapport au montage proprement dit sur les deux lignes,
  • le nombre d'opérateurs est presque identique pour chacune des lignes à l'exception des opérateurs de kitting,
  • les opérateurs sont en position assise sur les postes de montage de la ligne "parallèle" et debout sur ceux de la ligne "série".

 

 

 

EXPERTISE DES LIGNES

APPROCHE METHODOLOGIQUE

Une expertise a été menée avec l'aide de la vidéo sur les deux types de lignes. Les analyses des temps des opérations et des flux ont mis en évidence les points suivants :

  • la ligne "parallèle" est spécialisée sur les PC difficiles à monter,
  • elle est ordonnancée par lots à cause du système d'information prévu à l'origine pour les lignes "série",
  • l'opération de chargement des logiciels sur les disques durs est variable, les postes de montage de la ligne "parallèle" sont souvent en attente de kits de montage,
  • la ligne série induit soit un temps de manutention des PC d'un poste à l'autre soit un temps d'attente du mécanisme de transfert s'il existe.

 

RESULTATS DES COMPARAISONS DE TEMPS

 

Les comparaisons de temps ont été effectués dans les conditions suivantes :

  • Analyse des temps de montage et test pour des PC identiques sur chacune des lignes,
  • Suppression des temps d'attente dus aux opérations de chargement des disques durs pour les deux lignes,
  • Suppression des temps d'attente causés par les modes d'ordonnancement pour les deux lignes,
  • Ajout des temps d'attente du fait de l'équilibrage imparfait des opérations "série" pour les deux lignes (le kitting de la ligne "parallèle" comporte aussi plusieurs opérations enchaînées).

La ligne parallèle après corrections est plus perfomante que la ligne "série" (87 PC/h au lieu de 70).

 

RESULTATS CONCRETS

Compte tenu de ces résultats, le concept de ligne "parallèle" a été retenu. La ligne réalisée selon le concept "parallèle", avec une nouvelle installation de chargement des disques durs et un ordonnancement modifié, a atteint des cadences moyennes de 77 PC/heure.

Il est possible de tirer les enseignements suivants de cette expérience :

  • le choix du concept des lignes "parallèle" ou îlots a pu être retenu du fait de temps de montage courts de 2 à 6 minutes, il existe une limite de temps opératoire au delà de laquelle la mémorisation des opérations à effectuer ne permet pas d'atteindre des cadences de montage performantes,
  • le temps supplémentaire passé au "kitting" est "payé" par les déséquilibres des opérations enchaînées,
  • les systèmes de type "parallèle", permettent d'améliorer la réactivité et de travailler sur commande.

Retour au sommaire

Diagnostic Logistique - Analyse logistique vidéo - Plan d'évolution centre de distribution - Benchmarking logistique - Crossdocking - Montage : chaîne ou ilôt ? - Méthode S.M.E.D. & vidéo - Amélioration de disponibilité - réfléchir avec la vidéo - Innovations en préparation de commandes - Check_Picker - Reconnaissance de la parole - REFERENCES - Contacter A.P.L. - Liens